Adresse :
Rue du Marché aux Herbes Bruxelles
Coordonnées GPS :
50.8465 , 4.3549
Partenaire :
Cet arbre a été ajouté à l’atlas de Wood Wide Web par Le jardinier dans l'âme

Carte d'identité

Nom en latin :
Tilia tomentosa
Nom en français :
Tilleul argenté
Nom en néerlandais :
Zilverlinde
Nom en anglais :
Silver lime (UK), Silver linden (US)
Famille :
Tiliaceae
Hauteur :
-
Hauteur visée :
Cette espèce peut atteindre 40 m
Diamètre de la couronne :
-
Circonférence du tronc :
-
Circonférence espérée :
500 cm
Longévité espérée :
Peut vivre entre 1000 et 2000 ans
Origine / Indigène :
Sud Est de l’Europe, Asie Mineure
Sol préféré :
Tous
Climat préféré :
Tempéré
Tilia Tomentoa, Hempel. Collection de l'Etat fédéral belge en prêt permanent au Jardin botanique de Meise

Traits et caractères de l'individu

Ce tilleul argenté a été remarqué par Jean-Louis Van Malder, se rendant à la Grand Place, en levant les yeux. Jardinier dans l’âme, il fait partie de ces pépiniéristes et horticulteurs qui ont contribué à fleurir et boiser Bruxelles pendant des années :

« A sa naissance, vers l’an mil de notre ère, Bruxelles n’était que marais, petits cours d’eau, bois, champs, quelques bâtisses éparses. En son cœur battait un marché à ciel ouvert. Tout s’y négociait, allant des objets utilitaires, de la mercerie à la brocante en passant par de l’alimentation. Une profusion d’articles de première nécessité, dont des arbres et des arbustes, utilisés quelques rues plus loin. Ce marché a permis en quelque sorte le développement social et économique de la ville dans un contexte de verdure arborée, de parcs, de jardins publics et privés.

Puis, le village s’est métamorphosé, le sol vivant a fait place nette au béton, les bois et les champs se sont éloignés, discrètement, non sans laisser de trace dans un nom de rue, comme ‘La Pépinière’, sous l’écorce d’un tilleul, au coin de la rue du marché aux ‘Herbes, dans les intérieurs d’îlots, dans ces petites oasis vertes cernées de murs.

Au fil de l’urbanisation de ce qui allait devenir une capitale, la flamme de ce marché s’est éteinte, petit à petit, pour ne laisser, au début du 21 ème siècle, qu’un seul horticulteur connu comme ‘le jardinier’ de la Grand’Place. Il appartenait à la cinquième génération d’une famille de producteurs qui, sept jours sur sept, du lever du jour au coucher, approvisionnaient en plantes, arbres et arbustes, les coins bruxellois où la verdure trouvait refuge.

Le jardinier est parti, lui aussi, en octobre 2016, laissant un vide sur la Grand Place. Mais ses clients n’ont pas attendu son départ pour préserver le fruit de son travail dans leur jardin, dans leurs bosquets, sur leur terrasse ; ils continueront à semer, bouturer, planter, soigner le vivant. Leur apprentissage ne fait que commencer. En fait, le jardinier n’est pas parti bien loin. Est-il seulement parti ? »

ACTIVITE - RENCONTRE

Le Jardinier de la Grand’Place, accompagné d’un petit groupe de plantes, revient momentanément sur la Place les journées du 20 au 23 mars 2019 inclus. Pour partager à nouveau avec ses clients, avec les bruxellois, sa vision passionnée du vivant. Ensuite, il repartira se consacrer au monde organique et à ses petits-enfants. Il nous propose un livre qui traite des plantes et des humains, mais aussi, implicitement, de la substance même de son métier, des milliers d’arbres et arbustes grandissant un peu partout en ville. Il fait partie de ces acteurs de la forêt, discrets mais bien présents, qui questionnent et enrichissent notre projet.

idem
idem
-
idem
idem
© Photo : Bruno Campanella, 2002 – Patrimoine naturel, Région Bruxelles Capitale